[Chronique] Comment glander au bureau en passant pour un pro, de Alexandre Civico et Guy Solenn

Derrière son titre provocateur, vous trouverez un livre beaucoup plus subtil qu’il n’y parait. On ne va pas y aller par quatre chemins : nous avons adoré. A défaut d’avoir un réel guide, ce bouquin est un plaisir coupable. Bourré d’humour et de formules bien senties, on s’est pratiquement marré à chaque page.

Mais que vaudrait un exercice de style sans fond ? A lire comme une parodie de vie de bureau, nous serions tenté de décrire le contenu du livre comme une virulente critique des codes abscons de notre quotidien professionnel, entre flagornerie et hypocrisie. Rien que ça.

De quoi ça parle

Ne vous attendez pas à trouver de vrais conseils pour glander au bureau. Dans ce livre, ceux qui peuvent se le permettre sont les chefs qui ont trouvé le bon filon en faisant bosser leur équipe, tout en se donnant l’air débordé. Ce rapport de force déséquilibré engendre logiquement des biais comportementaux individualistes. Surtout lorsque le monde professionnel récompense la réussite personnelle malgré les discours creux louant l’esprit d’équipe. Ces postulats laissent libres cours à la créativité des salariés pour se démarquer. Avec la faiblesse qui peut nous caractériser.

Et c’est bien le propos central. Dénoncer les bassesses de notre quotidien pour les exploiter. Avec ironie bien entendu, puisque les conseils sont à éviter pour la plupart. Impossible de lire les astuces au sérieux, à moins d’être un cynique assumé (ce qui est tentant, on vous l’accorde).

Lire aussi :  [Chronique] Makestorming de Marie-Noéline Viguié et Stéphanie Bacquere

Ce qu’on en pense

Le titre laissait présager un livre humoristique superficiel : il n’en est rien, c’est une caricature qui a plus de consistance qu’attendu. Les auteurs ont poussé le trait en exacerbant nos tracas quotidiens. Certes, le plan du livre est un peu brouillon et nous avons noté une certaine répétitivité. Mais là n’est pas l’objet de l’ouvrage.

A ne pas lire au premier degré, mais à lire entre les lignes, nous avons beaucoup aimé Comment glander au bureau en passant pour un pro. Le style d’écriture fait clairement la différence. Le langage corporate est poussé au paroxysme pour mieux faire écho au vide derrière ces phrases toutes faites. L’humour fonctionne parce qu’il touche le vrai.

Une façon intelligente de révéler nos travers. Car le lecteur n’est pas épargné, mais avec une bienveillance qui caractérise les auteurs brillants. Alors rions de ces situations aberrantes créées par l’injustice de notre monde professionnel et par l’orgueil de nos puissants.

Comment glander au bureau en passant pour un pro de Guy Solenn et Alexandre Civico chez Livre de poche (la première édition chez First dont est tirée la couverture de l’article est épuisée)

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.