[Chronique] Mon boss est nul mais je le soigne, de Gael Chatelain

Quand un manager, également écrivain à ses heures perdues, se propose d’élaborer un guide de management, on est forcément curieux. Car cet exercice délicat peine souvent à sortir du cadre des opinions, certes avec style, mais sans vraiment pousser l’analyse.

Après lecture de “Mon boss est nul mais je le soigne”, nous sommes bien en possession d’un petit guide pragmatique. Sans prétention, les astuces et les techniques quotidiennes fleurissent au cours des pages. On sourit même de temps en temps. Et c’est la force de cet ouvrage : rappeler que nous travaillons avec des êtres humains, dont certaines attitudes peuvent faire la différence. Un appel à l’humilité auquel nous répondons bien volontiers.

C’était pourtant mal barré

On a apprécié ce petit livre. Mais pour être totalement honnête, les premiers moments nous ont fait peur. “Mon boss est nul, mais je le soigne” flatte la condescendance présente en chacun de nous. Il faut reconnaître que le titre est provocateur et sans doute un peu marketing. Peut-être aussi que nous l’avons mal interprété, la seconde partie “Mais je le soigne” étant bienveillante. Les relations de travail doivent s’inscrire dans le respect de l’autre, et c’est bien le propos du livre. Ouf !

Un second point, le raccourci maladroit du “Burn-out = manager” dans l’introduction. Loin d’être la conséquence d’un seul homme, le Burn-out est un processus complexe qui renvoie à toute l’organisation du travail. Cessons de culpabiliser les managers lorsqu’ils sont coincés entre le marteau et l’enclume, ce sont sans doute eux les plus stressés de la boite.

Lire aussi :  [Chronique] Makestorming de Marie-Noéline Viguié et Stéphanie Bacquere

Suivre avec plaisir la journée de Bob, le pire manager du monde

Heureusement, toute la suite est en adéquation avec notre philosophie. Vous allez passer la journée avec Bob, l’homme qui cumule tous les défauts des managers. Une journée entière. Du saut du lit jusqu’au dodo le soir. Un guide écrit par ordre chronologique pour couvrir chaque versant de sa vie professionnelle, dont on savoure les étapes de la journée.

Les effets de style sont très présents, mais le fond n’est pas oublié pour autant. Les plus aguerris d’entre vous reconnaîtront de nombreuses pratiques. Des astuces qu’il est bon de se remémorer régulièrement : se lever plus tôt pour être moins stressé, désamorcer les conflits, dire simplement bonjour…

Respecter les gens qui nous entourent et leur temps sont les principes fondamentaux de ce livre. Tout le monde déplore ces managers qui adaptent leur sourire en fonction du grade hiérarchique ou qui oublient leur devoir d’exemplarité. Pas besoin d’être un génie : être un manager humain fait déjà beaucoup de bien.

Ce que l’on en pense

Les pratiques qui composent ce livre sont variées et faciles à appliquer. Ce sont des bases solides que nous avons tendance à oublier lorsque nous avons la tête dans le guidon.

Lire aussi :  [Chronique] Les micro changements qui révolutionnent l'entreprise, de Margaret Heffernan

Mais le livre se différencie surtout dans son style. L’auteur a de l’humour. Beaucoup. Cela permet d’apporter un regard plein de tendresse et de dérision. L’ensemble se lit avec un certain plaisir, dont les bons mots dépassent parfois les pratiques qu’ils présentent. La mise en page moderne et colorée apporte du relief à l’ensemble. C’est un ouvrage clairement accessible et ludique.

Loin des prétentions universitaires, on s’amuse à passer de chapitre en chapitre. Car c’est bien comme ça qu’il faut le lire : un livre plein d’astuces et agréable à feuilleter.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.