More

    Comment parler travail dans son couple

    Parler travail dans son couple n’est pas si simple. C’est un sujet naturel qui peut amener sa dose de frustration. Après avoir passé 8 heures enfermé avec des personnes qu’on n’a pas choisies, évoquer le travail dans son intimité peut être la goutte de trop.

    Oublions tout de suite ces postes épanouissants qu’on nous vend dans les livres de développement personnel et leur injonction au bonheur : la réalité est faite de hauts et de bas. C’est tout à fait normal de rentrer du boulot de temps en temps avec le moral en berne. Cessons d’idéaliser ce microcosme qui exergue les travers de la nature humaine, faite de jalousie et de compétition. Ajuster nos attentes est un premier pas pour prévenir certaines désillusions.

    Face à ces difficultés qui ne manquent pas d’arriver dans toute expérience professionnelle, nous percevons le foyer comme un lieu de ressourcement. C’est l’équilibre vie privée / vie professionnelle dont on nous bourre le crâne avec légitimité. Autrement dit, nous devrions pouvoir trouver du soutien dans notre vie personnelle lorsque des difficultés apparaissent au travail. Avec une vigilance majeure, ne pas laisser le travail menacer ce fragile équilibre.

    De la négativité ramenée chez soi

    Vous avez passé une journée difficile ? Ça arrive à tout le monde. En général les problèmes ne sont pas très graves et sont réglés en quelques jours (si ce n’est pas déjà terminé). La frustration cumulée, elle, reste bien présente. Quitte à pourrir son état d’esprit pendant des heures à ruminer les scènes et les dialogues. Et le soir, c’est le conjoint qui prend tout en pleine face, lui qui a passé une bonne journée.

    Car ce qu’on comprend moins, c’est accepter de laisser entrer une forme de négativité chez soi lorsque la journée de travail est terminée. Pourquoi les petits tracas du travail ne restent pas au bureau ? Devrions-nous garder pour soi ces objets de frustrations pour préserver son couple ?

    Économiser les ragots

    Les petites histoires du quotidien sont souvent faites de ragots ou de guerres d’égo. Un commentaire maladroit lors d’une réunion, un mail condescendant envoyé avec des chefs en copie, des histoires de copinage au sein des équipes…

    En parler avec des collègues au sein de sa propre communauté peut toujours être soulageant et amusant pour ceux qui écoutent. Ils connaissent les collègues et les petits travers de votre organisation. Même si on considère que contribuer à la diffusion des ragots revient à participer à la dégradation d’une ambiance collective de travail, on peut comprendre les avantages que les gens en tirent.

    En revanche, les petites anecdotes marchent beaucoup moins bien auprès de ceux qui sont externes à l’entreprise. Un conjoint par exemple. Certains ragots peuvent prêter à rire mais généralement ça ennuie poliment ceux qui en sont étrangers.

    Penser à l’autre et apprécier le moment présent

    Pour les petits problèmes sans impact, nous ne pouvons que vous conseiller de préserver votre couple, mais surtout de vous préserver vous-même. Cela revient à questionner son propre rapport à la frustration. Il faut savoir apprécier la légèreté d’une bonne soirée, en laissant les problèmes anodins derrière soi.

    Profiter de l’instant présent n’est pas toujours simple. La méditation peut vous y aider, tout comme faire du sport. Si le sujet vous contrarie vraiment, libérez-vous en le racontant à votre conjoint en essayant de faire court. Donnez-vous 5-10 minutes et tournez la page.

    Répondre à ses propres besoins tout en respectant les attentes de l’autre est un sacré exercice d’équilibriste.

    Évitez les logorrhée interminables et systématiques sans même vous soucier de la forme de l’autre. Soyez vigilant à d’éventuels signes d’agacement. Lui aussi en a peut-être marre des petits problèmes du quotidien et n’attend qu’à passer à autre chose. Répondre à ses propres besoins tout en respectant les attentes de l’autre est un sacré exercice d’équilibriste.

    Soutenir son conjoint dans les moments difficiles

    S’il faut réfléchir à deux fois pour ramener les tracas anodins chez soi, les problèmes importants ne font l’objet d’aucun débat : soyez-là pour votre conjoint. Etre à l’écoute dans ces moments-là n’est pas négociable.

    D’ailleurs, les gens n’attendent pas toujours des conseils : prêtez-leur une oreille attentive et assurez-leur simplement de votre soutien. En tant que conjoint, vous aurez une qualité d’appui que nul autre ne saurait atteindre. Le travail ne sera jamais une priorité au détriment de la famille.

    Bien dans mon travail
    Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Recevez notre newsletter

    Articles populaires

    Au moins la moitié de vos mails sont interprétés

    Un nouveau mail. Mais pour qui se prend cet interlocuteur irrévérencieux qui vous prend de haut? Le ton est acerbe et le message bourré...

    5 exercices pour soulager les yeux fatigués devant un écran

    Lorsque les muscles oculaires perdent de leur efficacité, les yeux peuvent piquer, rougir ou pleurer, jusqu'à provoquer des maux de tête ou des difficultés...

    Pourquoi nos paroles sont interprétées

    Avez-vous déjà ressenti cette frustration qui entoure une parole mal interprétée par votre interlocuteur ? Une déformation de votre pensée ? De...

    Se protéger du froid au travail

    De nombreux salariés dépendent des variations climatiques, et donc du froid. Les secteurs travaillant en extérieur sont touchés, mais aussi les bâtiments mal isolés,...

    F.Lux, la luminosité de l’écran pour mieux dormir

    Rester toute la journée devant un ordinateur n’est pas seulement fatigant : ça vous empêche aussi de dormir (hi hi, l’antagonisme nous fait rire). La...

    Partagez avec un ami