Comment porter sans se faire mal au dos

Nous sommes tous amenés à porter des charges. Nous pensons forcément aux métiers physiques, mais pas seulement. Un salarié qui travaille dans un bureau peut tout à fait porter un carton rempli de dossiers de temps en temps.

Dans le meilleur des monde, l’idéal serait que tous les employeurs s’engagent dans une démarche continue d’amélioration des conditions de travail. C’est ce qu’on encourage avec conviction, mais ce n’est pas toujours probant. Même les meilleurs volontés n’empêchent pas toujours le portage, malgré plusieurs réunions sur l’organisation du travail ou les aides matérielles.

Savoir soulever une charge sans se faire mal devrait être enseigné dès que possible. Ce sont des réflexes qu’il faut prendre. Vous comprendrez rapidement pourquoi il faut prendre soin de son petit dos. On en possède qu’un. De quoi se motiver une bonne fois pour toute à appliquer les bonnes pratiques, et utiliser ces foutues jambes lors des manutentions.

Pourquoi vous devez prendre soin de votre dos

Votre dos comprend 33 vertèbres séparées par un disque intervertébral. Chaque disque intègre un noyau qui répartit la pression entre deux vertèbres. Des muscles spinaux complètent le système en soulageant la pression sur les disques. D’où l’intérêt d’avoir une activité physique régulière pour entretenir ces muscles lombaires, qui seront bien utiles à votre dos lors des ports de charges.

Lire aussi :  Les 5 meilleures vidéos TED pour voir le travail autrement

Plus vous arrondissez votre dos lors d’un effort, plus la pression sera importante sur les vertèbres. Pour peu que vos muscles spinaux soient faibles, vos lombaires risquent d’être sérieusement malmenées. C’est là que les douleurs peuvent survenir, brusquement ou insidieusement. On entend parler de lombalgie dans le fond de la salle.

Comment porter sans se faire mal

L’idée est de garder le dos droit pour limiter la pression sur les vertèbres. Vos jambes vont faire tout le travail. Approchez-vous le plus près possible de votre charge, fléchissez les genoux, tenez fermement la charge, et relevez-vous en poussant sur vos cuisses. N’oubliez pas de garder le dos droit à chaque étape. Pas si difficile, n’est-ce pas ?

soulever une charge en 4 étapes

De façon générale :

  • Garder les pieds bien à plat pour plus de stabilité,
  • Évitez de tordre le buste : faites plutôt un pas intermédiaire,
  • Évitez de soulever brusquement ou par à-coups : allez-y progressivement,
  • Optimiser les rangements et les hauteurs de travail pour que les charges soient tant que possible à hauteur d’homme,
  • Divisez la charge, quitte à faire plusieurs voyages,
  • Portez sur des distances courtes si possible,
  • Répartissez la charge sur les deux bras, par exemple un seau d’eau de chaque côté,
  • Demandez l’aide d’un collègue, afin de porter à deux,
  • Utiliser ou mettre en place des moyens de manutention matériels appropriés.
Lire aussi :  Bien choisir ses chaussures de sécurité

Restez vigilants

Vous êtes le garant de votre propre corps, peu importe votre âge. On a rencontré des dizaines de salariés qui regrettaient de ne pas avoir fait plus attention quand ils étaient jeunes. Pour les plus machos d’entre nous, il n’y a aucune virilité à porter des charges particulièrement lourdes devant ses collègues lorsqu’on fait mal à son dos. De même, ne négligez pas les charges légères, le seul fait de se baisser avec le dos arrondi induit une pression supplémentaire sur les vertèbres.

Et surtout, ayez une activité physique régulière : votre corps est fait pour bouger. Nous avons vu à quel point les muscles spinaux sont importants, ils ne joueront pas complètement leur rôle s’ils sont faibles. La natation est un excellent sport pour les entretenir, et internet fourmille d’exercices à faire chez soi. Pareil pour les jambes, pousser sur les cuisses reste un effort certain. Votre dos vous remerciera.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.