Le Burn-out, c’est quoi ?

Récemment, une étude a fait beaucoup de bruit dans les médias : un salarié sur deux estime être proche du Burn-out. Mais attendez, les répondants connaissaient-ils réellement la définition du Burn-out? On en doute, tant ce concept est déformé et interprété. Pour beaucoup de personnes, un Burn-out s’assimile à un stress qui éclate avec fracas ou une explosion d’émotions. Un pétage de câble. Rien de tel, bien que ce soient des étapes précurseurs. Nous préférons le terme d’épuisement professionnel, plus fidèle et sans anglicisme hasardeux.

Définition

Le syndrome d’épuisement professionnel est un ensemble de réactions d’une personne, suite à la répétition de situations stressantes. La notion d’engagement est centrale : l’accomplissement personnel, l’engagement émotionnel et les relations humaines sont importantes pour le salarié concerné. Une personne investie dans son travail, longuement exposée à des facteurs de stress et qui ne reconnait plus ses valeurs personnelles, pourrait être amenée à puiser dans sa réserve d’énergie jusqu’à épuisement totale.

Le mécanisme

Le quotidien est rempli de situations dangereuses. Dans ce cas, le corps alerte l’organisme avec des signaux : c’est le stress. Si le stress est ponctuel, il n’y a rien de plus normal, cela va nous permettre de répondre à la situation. En revanche, lorsque ces situations se répètent dans la durée, l’organisme rentre dans une phase de résistance et commence à puiser dans ses réserves. A long terme et variable selon les personnes, injustices, manque d’autonomie, forte charge de travail, pression temporelle, manque de moyens ou conflits d’éthiques finissent par épuiser le salarié.

Lire aussi :  Une bonne question à se poser pour être bien dans son travail

phases-stress

Les conséquences

Un épuisement professionnel est une pathologie critique, les symptômes sont proches de la dépression. Les conséquences sont nombreuses et variables selon les individus. Physiquement, les gens peuvent ressentir une fatigue généralisée, de l’apathie ou des douleurs articulaires. Les troubles du sommeil et les maux tête deviennent quotidiens. Se concentrer est de plus en plus pénible, les tâches les plus simples peuvent présenter des difficultés, avec une dégradation de la qualité du travail. L’image de soi est impactée avec une perte de confiance, un repli sur soi et un sentiment de vide. Le salarié est désengagé dans son activité professionnelle. Socialement, la personne devient irritable et agressive. Les pratiques addictives, tabac, café ou alcool, s’installent.

Prévenir le Burn-out

Identifier les signaux précurseurs demande de la vigilance. La veille n’est pas seulement le rôle des managers, c’est également le rôle des collègues. Il s’agira alors d’identifier les personnes fragiles en phase de résistance, avant qu’elles entrent en phase d’épuisement. Informer les ressources humaines, les représentants du personnel, le médecin du travail ou le manager sera une première étape. Un entretien avec le salarié concerné permettra de dresser un premier état de sa situation. Cette réflexion devra interroger le contexte et le contenu du travail. Quels sont les facteurs qui peuvent provoquer la répétition des situations stressantes ? Une démarche collective de prévention des Risques Psycho-Sociaux (RPS) est fortement recommandée pour comprendre les enjeux généraux et trouver des solutions.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.