Écrivez vos mails comme s’ils étaient lus en public

Communiquer par mail est tellement simple et efficace que c’est devenu une habitude bien ancrée dans notre quotidien. Voire même un peu trop. Chacun d’entre nous peut sans doute témoigner des dizaines de mails reçus chaque jour.

Bien caché derrière un clavier, il est tentant d’envoyer des missives à la moindre frustration. C’est tellement plus facile de partager ses ressentis négatifs. Mais la colère est mauvaise conseillère : combien de fois a-t-on pu regretter l’appui du bouton “Envoyer” ?

Le drame des emails offensifs

Nous sommes régulièrement témoins de ce genre d’échanges destructeurs et catastrophiques, ces mails qui dénigrent l’incompétence d’un collègue, en prenant à témoin de nombreuses personnes en copie qui n’avaient pourtant rien demandé. Ça tire les collectifs de travail vers le bas. On en a déjà parlé et reparlé : c’est sans fin.

Mais on oublie que les mails privés risquent également d’être dévoilés en plein jour. Envoyer un mail plein d’aigreur auprès d’une oreille compatissante n’est pas une bonne idée. L’informatique stocke les informations dans le temps, sans compter les erreurs éventuelles de destinataire, les transferts traîtres ou les nouveaux destinataires qui remontent l’historique. Vous pourriez avoir des regrets lorsque la boite mail de votre gentil collègue tombera dans les mains de son remplaçant. Autant de raisons d’être irréprochable.

Lire aussi :  Des réunions debout pour gagner en efficacité

Ecrivez vos mails comme s’ils étaient jugés sur la place publique

Pour ne pas rougir d’un mail rendu public, le mieux reste de l’écrire comme si tout le monde pouvait le lire. Imaginez un groupe de personnes qui découvrent vos missives et qui les interprète. Il n’est même pas question d’assumer ses propos : si ça peut vous causer des problèmes ou de l’embarras, le mieux reste de s’abstenir.

En dehors de votre réputation et de votre crédibilité, se lâcher dans des mails peut avoir des conséquences graves. N’allez pas vous faire virer sur un coup de sang. Même en cas de frustration, qu’importe si elle est justifiée, le respect et la politesse ne doivent jamais quitter votre plume. En toute circonstance. Et personne n’a dit que ce serait facile.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.