Eloge de l’échec

La société française déteste l’échec. Si bien que les personnes qui n’essaient même pas sont nombreuses. Combien d’idées géniales n’ont pas été exploitées parce qu’elles sont restées dans un coin de tête, sans jamais oser se lancer ? Combien d’avis défavorables ont coupé l’herbe sous le pied d’un enthousiasme et d’un réel potentiel, prédisant un échec retentissant ?

Mais rassurez-vous, les gagnants ne sont pas mieux lotis, la réussite est toute aussi mal vue. Pour avoir bonne réputation, il faudrait presque rester dans la moyenne. Mais être dans la norme rassure surtout ceux qui vous entourent. Voici donc un petit éloge de l’échec, cet ami douloureux qui peut faire du bien.

Chronique d’un échec

Notre quotidien déborde d’exemples d’échecs. Ils sont toujours le signe d’une incompétence, jugement définitif qui marque la fin de la crédibilité de celui qui devra dorénavant porter cette croix. Le monde professionnel en est un exemple frappant, et pourtant un des plus injustes. Nous avons tous connu des situations où il faut justifier ses performances, sa productivité ou des retards potentiels. De formidables stratégies se mettent alors en place pour expliquer les écarts possibles. Fuir l’échec. Ou plutôt l’image de l’échec, car il prend souvent forme dans le regard de l’autre, la hiérarchie ou les collègues.

Lire aussi :  Une télécommande pour révolutionner vos présentations

Les profils plus atypiques sont tout aussi concernés : les chômeurs dont les trous dans le CV seront susceptibles de créer le doute, les entrepreneurs engagés face à des difficultés économiques, perdant la confiance des partenaires, ou encore le jeune diplômé en situation d’échec tant qu’il n’aura pas accédé à son premier succès sur le marché du travail. L’intolérance des échecs d’autrui n’enlève pourtant rien aux échecs que chacun a forcément connu au fil de sa vie.

Changer de point de vue

L’échec est intimement lié à l’apprentissage d’une personne. S’il n’est pas possible de faire confiance à quelqu’un qui a échoué, que faudrait-il penser d’une personne qui n’a jamais fait l’expérience d’un apprentissage éprouvant ? Aux États-Unis, ce sont les personnes qui n’ont jamais échoué qui sont entourées de méfiance. Les conférences comme les FailCon se multiplient autour des entrepreneurs qui partagent leurs erreurs devant des salles combles. Sans nécessairement atteindre le succès, il est tentant d’imaginer que chaque erreur est un pas supplémentaire vers une certaine forme d’accomplissement.

De façon ironique, nombreux sont les grands succès qui sont à l’origine des échecs. Savez-vous que le célèbre Post-It a été inventé suite à la création d’une colle peu efficace ? Par la suite, cette même colle a présenté d’autres avantages que vous connaissez tous. L’innovation par l’échec. Une question de point de vue. Il est temps de ne plus de voir des échecs en chacun de nous, mais des apprentissages tout aussi précieux qu’ils sont nécessaires.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.