More

    Faut-il craindre les ondes électromagnétiques ?

    A moins de vivre comme un ermite au fin fond d’une grotte, les ondes électromagnétiques sont partout. On pense tout d’abord aux smartphones, puis les ondes Wifi et Bluetooth dans une moindre mesure. Que ce soit au boulot ou dans sa vie privée, échapper à ces ondes parait bien difficile. Les études sur le sujet se multiplient avec les polémiques que l’on connait. Ces avancées technologiques sont aussi précieuses qu’elles soulèvent des craintes, si bien qu’il est difficile de se repérer.

    L’état actuel

    Jusqu’à maintenant, il n’existe aucune preuve avérée qui permet d’affirmer que les téléphones portables ont des effets nocifs sur l’organisme. Les autres systèmes de Wifi ou de Bluetooth sont compris dedans, étant donné leurs plus faibles intensités (le Wifi est 20 fois moins puissant que le téléphone et supporte mal les obstacles). Les grandes organisations telles que l’OMS ou l’Anses arrivent à la même conclusion, dans l’état actuel des connaissances.

    Pour protéger le public des effets thermiques des ondes sur les tissus de l’organisme, le gouvernement a instauré des valeurs maximales d’exposition. Selon les appareils, ces limites doivent être respectées pour éviter que la température des tissus de l’organisme augmente. Par exemple, pour les téléphones portables vendus en France, le DAS est inférieur à 2W/kg.

    Le décret 2016-1074 du 3 août 2016 fixe des valeurs limites d’exposition au travail, applicables au 1er janvier 2017. Toutes les entreprises devront évaluer les risques dus aux champs électromagnétiques. Si les valeurs limites sont dépassées, l’entreprise devra mettre en place des mesures et des moyens de prévention.

    Des zones d’ombre

    Comme nous l’avons évoqué, les valeurs limites d’exposition existantes concernent les effets thermiques. A long terme, la question des conséquences non thermiques reste donc ouverte, même en dessous de ces valeurs.

    Car le débat se passe ici, des associations s’interrogent sur des effets non thermiques et potentiellement nocifs, en rappelant que ce versant n’a pas encore été assez approfondi. Même confusion côté chercheurs qui peuvent s’opposer, dont certains groupes de travail sont suspectés de conflits d’intérêt. Décidément, le débat fait rage à tous les niveaux. Des études sont en cours : l’OMS devrait évaluer de façon formelle les risques d’ici à 2016. En attendant, les associations demandent de réduire les valeurs limites maximum d’exposition.

    En revanche, des personnes hypersensibles commencent à être reconnues, notamment par l’OMS. Des sensations de maux de tête ou de fatigue étaient auparavant considérées comme des réactions purement psychologiques, mais elles commencent à être prises au sérieux. La population hypersensible reste toutefois exceptionnelle, de l’ordre de 1 à 6%, alors qu’il existe bien de nombreux effets psychosomatiques liés à la perception subjectif du risque (et non du risque lui-même).

    Que faire ?

    Parmi ces incertitudes à long terme, c’est donc le principe de précaution qui demeure (l’état préfère employer le “principe de sobriété”). L’OMS classe d’ailleurs les ondes électromagnétiques comme “peut-être cancérogènes“. La prévention logique est de limiter tant que possible l’exposition. Quelques conseils de base peuvent être appliqués : revenir à des branchements filaires pour internet, utiliser une oreillette, privilégier les SMS, diminuer les durées de communication, vérifier et réduire la puissance des appareils émetteurs si possible, s’éloigner des sources émettrices…

    L’avenir pourrait bien y mettre son nez pour apporter son lot d’innovations. Des vêtements anti-ondes existent déjà, du costume aux sous-vêtements. Mais tout un tas de démarches pourraient apparaître en fonction des évolutions des connaissances sur le sujet : des filtres en argent sur les vitres, des zones blanches spécialement aménagées, des murs de béton épais… Finalement, revenir à une société câblée ne serait-il pas la métaphore du lien renouvelé entre les personnes ?

    Bien dans mon travail
    Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Recevez notre newsletter

    Articles populaires

    Comment aménager son poste de travail

    Savoir aménager son poste de travail devrait être connu de tous. Pourtant, de nombreuses personnes ne se sentent pas complètement à l'aise sur leur...

    [Critique] Votre temps est infini, de Fabien Olicard

    Si vous attendez une liste généraliste de techniques de productivité, vous les aurez. Mais vous aurez surtout un vrai message, porté par un homme intelligent et sincèrement porté vers le partage de son expérience.

    Identifiez simplement les produits dangereux

    La vie quotidienne est bourrée de produits chimiques. Il en existe 50 millions, alors vous comprendrez pourquoi ces petits chenapans sont partout. Oui vous avez...

    Connaissez-vous les souris verticales ?

    Une souris d'ordinateur verticale ? L'imagination prend vite le relais avec toutes sortes de configurations incongrues. Et pourtant ces souris existent bel et bien....

    Des fonds d’écran pour mieux s’organiser

    Si vous faites partie des personnes qui ont des icônes réparties partout sur leur ordinateur, il existe des fonds d'écran qui devraient vous aider...
    Partagez avec un ami