La pause café avec Melissa Unger, fondatrice et directrice artistique de Seymour Projects

Il existe des lieux atypiques remplis de charme. Des concepts fous qui éveillent notre curiosité. Si vous êtes à la recherche d’un lieu bienveillant pour vous déconnecter du bruit du monde, SEYMOUR+ devrait vous intéresser. Un espace où l’on quitte nos habitudes hyperconnectées pour un moment, et tenter de renouer avec soi-même. Également, des événements sont organisés avec des invités variés qui partagent leur approche singulière.

Nous partageons cette démarche de connaissance de soi pour mieux vivre avec notre environnement, tout comme nous encourageons l’exploration en dehors de notre zone de confort pour progresser. A priori déstabilisant, l’expérience est enrichissante. C’est donc avec une curiosité toute particulière que nous avons approché la créatrice de ce projet atypique, Melissa Unger.

Vous avez développé un concept incroyable, comment les visiteurs se l’approprient ?

Le parcours SEYMOUR+ est infiniment modulable. Certains viennent pour se déconnecter et trouver un lieu calme et silencieux hors de chez eux. D’autres pour explorer leurs paysages intérieurs et avancer dans leur développement personnel. Mais je n’aime pas les phrases étiquettes, disons donc qu’ils viennent pour passer un moment pour se découvrir, passer un moment avec leurs pensées et leurs émotions. D’autres encore viennent pour stimuler leur imagination et leur créativité. Certains afin de s’approcher de quelque chose d’ineffable.

Je souhaitais avant tout créer un cadre ouvert. Je pense que l’ère des “gourous” se termine et que chacun prend conscience qu’il/elle a toutes les réponses déjà en lui/elle-même. Avec SEYMOUR+, je voulais synthétiser d’une manière limpide plusieurs choses qui m’avaient aidées à avancer dans ma propre vie, avec pour but de créer une expérience “directe” pour le visiteur. Dans nos vies, nous pouvons parler encore et encore, mais à mon sens, à ce jour, ce n’est qu’en vivant une expérience nous-même que nous comprenons vraiment.

Le travail est souvent perçu comme une contrainte, une source de stress ou de perte de sens, alors qu’il peut tout à fait participer à l’expérience de vie et de la connaissance de soi. Avez-vous identifié des questionnements récurrents autour du travail auprès de vos visiteurs ?

Effectivement, j’ai pu constater que certaines personnes ne sont pas épanouies dans leur travail. Mais pour moi, cela passe au-delà du job. Ce n’est pas le travail lui-même, mais le sens que nous lui donnons qui est important. Parfois, après une prise de conscience ou un simple changement de perspective, la personne qui “détestait” son travail peut soudain l’aimer.

Lire aussi :  Interview: bien vivre ensemble au travail

Pour moi, tout part d’une réelle connaissance de soi, de bien comprendre pourquoi nous ressentons ce que nous ressentons, quels schémas liés à notre passé nous affectent encore et nous empêchent peut-être d’être pleinement en phase avec notre “vrai moi”.

Comment se déroule votre journée type de travail ?

Dans la mesure du possible chaque jour est différent. Je suis hautement allergique à la routine. J’aime l’aventure et le renouveau perpétuel.

Comment votre travail nourrie vos convictions personnelles ?

Pour moi, la vie n’est qu’une longue journée avec des siestes. Pas de weekends, de nuits ni de jours, mais un mouvement ininterrompu d’énergie vitale. Si nous sommes en phase avec nous-même, tout est fluide. J’ai la chance d’avoir pu créer mon propre travail, donc je suis passionnée par ce que je fais.

Toute rencontre, lecture, écoute nourrit cette passion. J’aime les être humains. Nous sommes des créatures fascinantes et je que nous ne sommes qu’au tout début de la compréhension de l’étendue de nos capacités. La conscience est le grand champ des possibilités qui se déploiera devant nous dans les années à venir.

Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer dans votre carrière, et comment vous les avez dépassées ?

Le pire était le fossé entre ce que les gens pensaient de moi et la réalité de qui j’étais. Tout le monde pensait que j’étais extravertie, mais pas du tout, je suis une introvertie ! Je suis hyper sensible à mon environment, aux énergies, aux bruits… J’ai besoin de beaucoup de temps seule pour être efficace et épanouie. Je préfère les rencontres en tête à tête. Si je me retrouve à faire une fête ou une discussion pour un grand nombre de personnes, je m’assure que j’aurai du temps pour me ressourcer après.

Souvent, on me poussait vers des jobs qui n’étaient pas adaptés pour moi. J’arrivais à bien les faire, mais à un très grand coût personnel. Toujours épuisée… Maintenant, grâce au travail que j’ai fait sur moi, je me connais bien, je comprends mieux ce qui “marche” pour moi. Je peux donc prendre des décisions qui me préservent et qui me permettent de me diriger vers des projets qui mettent mes compétences, envies et “talents” innés en valeur. Et bien évidemment, le résultat est que je suis beaucoup plus performante. Encore une fois, l’importance d’être en phase avec soi-même me vient à l’esprit.

Lire aussi :  Envisager une reconversion professionnelle : interview de Noëmie Martin-Pascual, co-fondatrice de Bloomr

Partagez le meilleur conseil qu’une personne vous ait donné ?

Fall seven times, stand up eight : tombez sept fois, relevez-vous huit fois. La vie est pleine de challenges, on se casse souvent la gueule. J’adore la notion simple qu’il faut tout simplement se relever une fois de plus pour y arriver. C’est devenu un jeu pour moi maintenant. Quand je me retrouve “sur le tapis”, je fais une petite pause pour me ressourcer et puis BOING, je rebondis.

Comment faites-vous pour vous ressourcer et prendre du recul sur le travail ?

Tout d’abord, je fais tous les exercices qui sont proposés à l’espace SEYMOUR+. Je ne vous dis pas ça pour faire la comm : en fait c’est l’inverse, j’ai créé le lieu pour aider les autres avec les pratiques qui m’avaient tant aidées. La marche m’apaise aussi beaucoup. J’adore me balader, me perdre dans des quartiers que je ne connais pas encore, à Paris et ailleurs.

Citez-­nous un livre qui a été une révélation pour vous ?

Oh wow, je lis TELLEMENT… C’est trop difficile d’en choisir un. Les livres m’ont permis révélation sur révélation. Dans le contexte de cette discussion, je dirais que le travail du Philosophe Alan Watts m’a beaucoup marquée, ainsi que les écrits de Marshall McLuhan.

Quelles sont les personnes qui vous inspirent ?

J’éprouve un énorme respect pour les gens qui voient toujours le meilleur de la vie. Pas un truc “be happy” qui occulte les vrais sentiments. Mais ces personnes qui parviennent à transformer toute expérience en leçon et qui continuent à aborder la vie avec curiosité et joie.

Une dernière chose que vous aimeriez partager avec nos lecteurs ?

Faites vous confiance. Vous êtes capable de tout.

Nous tenons à remercier chaleureusement Melissa pour sa gentillesse et d’avoir pris le temps de répondre à notre curiosité. Trouvez plus d’informations sur le site internet seymourprojects.com et dans leur espace SEYMOUR+ à quelques pas de République à Paris, au 41 Boulevard de Magenta.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.