Les mauvaises habitudes au travail

Personne n’est parfait. Surtout les autres d’ailleurs. Les mauvaises habitudes nous suivent et s’accrochent désespérément. A la base, on voulait écrire une encyclopédie des mauvaises habitudes au travail, et puis on s’est dit qu’un simple article nécessiterait moins d’efforts.

Répondre aux mails à chaud

Les gens se permettent d’être bien plus virulents par mail que dans la réalité. Combats d’orgueil, mauvaises interprétations ou missives enflammées, rien ne sera assumé une fois que les interlocuteurs seront face à face. Autant d’éléments pour ne JAMAIS répondre à chaud, et surtout pas en mettant la terre entière en copie.

Voir les espaces de discussion comme une lutte

Une réunion doit être un espace de discussion, d’échanges et d’écoute. Alors que la recherche de compromis pour trouver la meilleure solution devrait être mise en œuvre, certaines personnes y voient malheureusement une lutte (d’égo) dont ils veulent sortir gagnant.

Lire ses mails dès l’arrivée

Le pire moyen de commencer sa journée de travail: mobiliser l’énergie du début pour traiter des mails au lieu de s’atteler à une tâche prioritaire.

Procrastiner

Reporter systématiquement ses tâches au lendemain caractérise les retardataires chroniques. Manque de motivation ou d’organisation, procrastiner est un symptôme qui doit vous interroger sur votre activité professionnelle.

Laisser les toilettes sales

Sans commentaires.

Les réunions

Ne pas définir les objectifs ou inviter des gens qui n’ont rien à y faire sont des erreurs fréquentes lors des réunions. Poser un cadre est particulièrement important, c’est le rôle de l’animateur de réunion : éviter les digressions, veiller à l’expression de chacun, respect du temps, recentrer sur les problématiques…

Lire aussi :  3 (bonnes) raisons pour prendre plus de pauses

Ne pas remonter les problèmes

La plupart des managers font leur maximum pour résoudre les problèmes et répondre aux interrogations.  Il n’y a rien de plus agaçant que des salariés qui disent “qu’il n’y a pas de communication” mais qui sont eux-même incapables de remonter les problèmes. Les gens qui cherchent des réponses auprès de leurs collègues au lieu d’aller voir leur chef devraient être décapités sur le champ. Ouais, pas de pitié.

Croire que le travail doit être simple

Les difficultés sont rarement accueillies avec enthousiasme par les salariés. Personne n’est payé pour faire du travail facile, le monde professionnel présente des risques auxquels il faut se confronter. Et apprendre.

Ragoter

Les rumeurs sont des sources d’informations indirectes lorsqu’il y a une perte de confiance ou un manque dans la communication officielle. Si les directions ont leur part de responsabilité dans la diffusion de rumeurs, les salariés y sont au centre. Méfiez-vous de vos collègues qui interprètent ou déforment les propos, avec un petit fond de sensationnalisme.

Ne pas planifier sa journée

Chaque matin, la journée devrait être planifiée en priorisant les différentes tâches et les objectifs à remplir. Une façon d’être plus efficace et de gérer son temps.

Ne jamais être satisfait

L’être humain se fixe de nouveaux objectifs une fois qu’il les a atteint. Sans cesse. Cela mène à une somme de petites victoires… et une insatisfaction continue. C’est pour cela qu’on ne gagne jamais assez d’argent ou qu’on convoite toujours le poste supérieur. Sortir de cette boucle permet de se satisfaire du chemin accomplit et d’en profiter.

Lire aussi :  Si vous ne savez pas quelle décision prendre, demandez conseil à Churchill (ou qui vous voulez)

Photo par Martinak15

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.