La méditation au travail, ça marche ?

Certaines disciplines génèrent une étrange fascination sur l’âme humaine, entourées de mystères et de mythes. La méditation fait partie de ces habitudes adoptées par des gens bizarres, qu’on regarde de loin malgré la curiosité. Et si ça marchait pour de vrai ?

Si nous avons une conception décalée de la méditation, les études scientifiques se multiplient pour valider les effets bénéfiques. L’école de management de Grenoble accueille même une chaire Mindfulness, Bien-être au travail et Paix économique. Aussi étonnant que cela puisse paraître, les avantages sont bien concrets, aussi bien dans sa vie personnelle que professionnelle.

Des effets démontrés scientifiquement

Les études scientifiques foisonnent et vont toutes dans le même sens : nous ne pouvons plus douter de l’efficacité de la méditation. Une pratique régulière apporte des bénéfices extrêmement variés. Parmi les choses étonnantes, citons la diminution du cholestérol dans le sang. Mais restons dans le domaine professionnel.

Prenez une grande inspiration pour lire ce qui va suivre. Sur la base d’études scientifiques, la méditation peut :

  • Diminuer le stress,
  • Améliorer la flexibilité cognitive,
  • Faciliter la mémorisation,
  • Développe la concentration, plus longtemps et plus efficacement,
  • Permettre de prendre des décisions plus adaptées,
  • Augmenter l’estime de soi,
  • Favoriser l’entraide.

Dépasser ses à-priori

Avouons qu’un peu d’estime de soi supplémentaire ou de capacité à travailler en équipe ne ferait pas de mal à notre quotidien. Et pourtant, la méditation est souvent appréhendée comme difficile ou non adaptée à notre caractère : même les adultes hyperactifs peuvent y arriver. Manquer de temps est une vilaine excuse : limiter la télé ou internet devrait déjà facilement dégager une vingtaine de minutes par jour, tout comme il est possible de méditer le matin avant que la maison se réveille. Non, la vraie difficulté c’est de ne rien faire, là où la société s’accélère. Beaucoup d’entre nous n’arrivons simplement plus à s’arrêter de faire pour être.

La méditation n’est pas une pratique religieuse, bien qu’elle y puise son origine. Oubliez les moines bouddhistes qui s’assoient en tailleur pendant de longues heures. Dans ce sens, les études scientifiques participent à l’évolution de la perception de la méditation.

Lire aussi :  Limiter les trajets domicile-travail

Enfin, deux croyances populaires peuvent laisser penser que la méditation ne marche pas. Faire le vide complet dans sa tête est pratiquement impossible, c’est donc normal de ne pas y arriver en claquant des doigts. La promesse d’un calme béat et permanent est également discutable, une séance n’est pas toujours synonyme de zen. En fait, vous serez plus attentif aux signaux de votre corps, les bons comme les mauvais : à vous de les prendre en compte dans votre vie.

S’initier à la méditation

Chacun peut s’initier à la méditation selon le temps à sa disposition. Même si ce n’est que 10 minutes par jour, le principal est d’être régulier. Si la durée vous fait peur, vous pouvez l’augmenter progressivement jusqu’à atteindre la période où vous vous sentez le plus à l’aise.

Pour vous la faire courte, car vous trouverez de nombreux guides tous aussi pertinents les uns que les autres, voici une introduction au déroulement d’une séance. Dans une posture confortable mais droite, assis sur un siège par exemple, ouvrez les yeux ou gardez-les mi-clos. Prenez quelques grandes inspirations pour débuter puis revenez à un rythme normal, sans chercher à le contrôler. Connectez-vous à votre souffle, en suivant consciemment le chemin que l’air emprunte dans votre corps. Concentrez-vous sur votre ventre qui se gonfle ou la sensation de l’air qui sort des narines. Vous pouvez aussi prendre conscience des sensations physiques de votre corps et de son contact avec le siège ou le sol.

Il s’agit de se concentrer sur les sensations physiques de votre corps, sans chercher à contrôler l’esprit, ni le forcer à ne pas penser. Si l’esprit divague, reconnectez-vous simplement au souffle. Encore et encore. Sachant que les pensées sont incontournables, il n’y a aucune raison d’être frustré ou énervé lorsque l’esprit se disperse.

Lire aussi :  "J'ai pas le temps", l'excuse la plus grillée au travail

Être guidé pour débuter

Débuter la méditation soulève malgré tout des questions. Est-ce que ma façon de faire est normale, est-ce que je fais des erreurs ? Les nombreux livres et articles qui existent sur le sujet sont d’excellente qualité. Nous avons une petite faiblesse concernant les méditations guidées, en tout cas pour débuter avant d’intégrer pleinement cette pratique comme une habitude quotidienne.

L’application Petit Bambou est celle que nous utilisons : de nombreux programmes, une démarche bienveillante et une interface claire en font une ressource sure. Nous apprécions beaucoup leur approche entourée d’une tendresse de plus en plus rare dans notre quotidien. N’étant pas particulièrement prédestiné à la méditation, votre serviteur est le premier étonné de suivre leurs programmes depuis plusieurs mois sans faillir, avec un plaisir constant et une réelle efficacité. Nous avions également interviewé Lucie Frapsauce qui prépare une application par le biais de son entreprise Mindful Attitude.

Sur le lieu de travail

Dans leurs recherches désespérées des solutions miracles pour améliorer le bien-être de leur personnel, des entreprises ont intégré la pratique de la méditation. Par le biais d’ateliers ou de stages, les salariés se prennent au jeu et ramènent la pratique chez eux ou la poursuivent dans des salles réservées lors de la pause déjeuner.

Sans aller jusqu’à consacrer du temps spécifique au boulot, notre quotidien est remplit de moments propices : la queue au restaurant, la fin d’un long travail ou une réunion monotone sont autant d’occasions de se connecter quelques instants à votre souffle et vos sensations physiques. C’est sortir des ruminations mentales et profiter pleinement de l’instant présent.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.