Au moins la moitié de vos mails sont interprétés

Un nouveau mail. Mais pour qui se prend cet interlocuteur irrévérencieux qui vous prend de haut? Le ton est acerbe et le message bourré d’ironie, sans compter les sous-entendus moqueurs. Votre sang ne fait qu’un tour, et vous préparez sur le champs une réponse dont il va se souvenir pendant longtemps. Il l’aura bien mérité ce vilain.

Un cercle vicieux, nourri d’interprétations

Après réception du mail, votre correspondant est surpris de l’aigreur de votre réponse. Il vous fait part de sa déception, convaincu de sa légitimité. Quel toupet, alors que c’est lui l’agresseur! Hop, nouveau mail, où vous reprenez point par point ses ironies et sous-entendus. Bref, on ne va pas vous faire un dessin, vous savez très bien de quoi on parle.

50 à 80% des messages écrits mal interprétés

L’écrit est rarement lu dans le même ton que son auteur. Pour le dire autrement, le mail équivaut au même niveau d’incompréhension qu’une discussion entre un homme et une femme. Plus d’un mail sur deux est mal compris, avec une interprétation du ton pouvant monter à 80%. Il y a donc de fortes chances pour que ce soit bien vous qui interprétez de travers.

Des techniques pour ne pas réagir à chaud

Ne répondez JAMAIS à chaud. On sait que c’est difficile, on le vit aussi. Rédigez votre réponse pour vous délester de vos émotions, mais n’envoyez surtout pas le mail. Laissez reposer pour y revenir plus tard ou le lendemain, une fois l’énervement passé. Vous serez surpris de lire votre propre texte et d’y trouver une agressivité que vous ne vous connaissiez pas.

Lire aussi :  Petit traité de la sieste au travail

Ecrivez en pensant que vous serez lu par de nombreuses personnes: “ne rien écrire que vous ne pourriez pas voir en premier titre d’un journal”. Et même si vous avez raison, on ne change pas l’opinion d’un homme par la force, rédigez toujours les réponses les plus respectueuses possibles. Le mieux reste encore de prendre le téléphone.

Illustration par Alvaro Tapla

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.