La pause café avec Lucie Frapsauce, instructeur mindfulness et sophrologue

Notre objectif n’est pas seulement de vous donner des conseils pour mieux vivre votre travail. Adopter une approche positive nous tient à cœur, loin d’une morosité ambiante qui nous plombe trop souvent le moral. Dans ce sens, rencontrer des personnalités qui ont opéré un acheminement profond et passionné est toujours inspirant.

Il n’y a qu’à voir le sourire de Lucie Frapsauce pour s’en convaincre. Sophrologue de formation, elle a créé Mindful Attitude pour contribuer au développement de la pleine conscience au travail. Une discipline bienvenue dans un monde professionnel toujours plus exigent et en perte de sens. Les bénéfices de la méditation gagnent à être mieux connus : gestion du stress ou de l’anxiété, meilleure concentration, prises de décisions plus adaptées, estime de soi ou encore compassion ne sont que quelques exemples.

Quels sont les outils incontournables dans votre quotidien ?

Ma boite mail et ma “to-do list” sont certainement mes incontournables professionnels.

Comment avez­-vous aménagé votre bureau pour vous y sentir bien ?

Je n’ai pas de bureau au sens propre du terme. Je suis une “entrepreneure nomade” : mon bureau c’est ma petite valise à roulettes Samsonite qui contient tous mes dossiers en cours, mon Mac et mon disque dur. Je peux ainsi me poser n’importe où, mon espace de travail n’a pas de limites ni de frontières. Mais là où je me sens le mieux pour travailler c’est dans le TGV Bordeaux-Paris.

Avez-­vous un secret particulier pour être plus efficace au travail ?

Je ne me force jamais. Je fais les choses au moment où j’ai envie de les faire ce qui rend mon temps de travaille beaucoup plus efficace. Ce fonctionnement nécessite cependant de ne pas s’enfermer dans un lieu ou des horaires : je travaille de n’importe où et à n’importe quelle heure, du moment que c’est “ici et maintenant” que je me sent prête à accomplir telle ou telle tâche. Il y a, bien évidemment, une “to-do list” et des échéances à respecter, c’est donc une question d’alchimie et de savant dosage entre “devoirs” et “envies”.

Lire aussi :  La pause café avec Melissa Unger, fondatrice et directrice artistique de Seymour Projects

Comment votre travail nourrit vos convictions personnelles ?

J’ai choisi ce que je fais et ça change tout. Mon travail a un sens pour moi : je sais pourquoi je me lève chaque matin. Mon travail est une véritable philosophie de vie, une attitude personnelle. Sur le fond, j’ai la conviction profonde que la pleine conscience va contribuer à la transformation du monde dans lequel nous vivons, et j’ai choisi pour ma part d’œuvrer auprès des entreprises car c’est l’univers que je connais le mieux.

Sur la forme, j’ai compris que c’est en étant moi-même, et uniquement en étant moi-même, que mon entreprise pourrait prendre son envol. Je ne fais donc aucune concession sur “qui je suis” et ça nourrit là encore une conviction personnelle d’authenticité. Ce qui implique du coup un travail en collectif car je n’ai, bien évidemment, pas toutes les qualités pour faire grandir Mindful Attitude. La encore, j’ai cette conviction profonde que c’est en unissant les talents et les personnalités que mon entreprise peut avancer.

Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer dans votre carrière, et comment vous les avez dépassées ?

Dans ma carrière d’entrepreneure, qui correspond aux 8 dernières années, je dirai que la peur a été ma plus grande difficulté : la peur d’oser. Oser prendre des risques, oser investir, oser faire confiance à d’autres… C’est en me faisant accompagner par une coach, en l’occurrence Céline Boura, que tout s’est débloqué. Céline a été pour moi le bon guide, au bon moment, sur le bon projet, qui est Mindful Attitude. Ce travail d’accompagnement a été mon tout premier véritable investissement en tant qu’entrepreneure, et il s’agissait finalement du plus essentiel puisqu’en l’occurrence j’ai investi sur moi-même ! De là j’ai osé, et en l’espace d’un an à peine, Mindful Attitude est passé d’artisan à start-up : tout était là, prêt, il ne manquait plus que moi.

Lire aussi :  Interview de Théâtre à la Carte

Partagez le meilleur conseil qu’une personne vous ait donné ?

Sois le changement que tu veux voir dans le monde” Gandhi

Comment faites-vous pour vous ressourcer et prendre du recul sur le travail ?

Ma famille est mon point d’ancrage. Je renouvelle également mon énergie à travers ma passion : le clown contemporain, un véritable art de vivre qui m’offre une liberté totale. Enfin, j’ai la chance d’avoir une activité professionnelle par nature très ressourçante.

Citez-­nous un livre qui a été une révélation pour vous ?

Parmi mes lectures récentes je citerai “Le guerrier pacifique” de Dan Millman

Quelles sont les personnes qui vous inspirent ?

Je suis très inspirée par mon entourage proche : les membres de ma famille, mes amies. Chacun ayant sa propre personnalité, son propre talent, ses propres limites. Ils me fascinent et m’inspirent chacun à leur manière. Je fais également beaucoup de rencontres inspirantes dans le cadre professionnel. Je ne suis pas particulièrement inspirée par des personnalités connues, se sont plutôt les “vrais gens”, dans toute leur authenticité, qui me nourrissent.

Une dernière chose que vous aimeriez partager avec nos lecteurs ?

Je reprendrai simplement la citation de Gandhi car tout est dit : “Sois le changement que tu veux voir dans le monde“.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.