La pause café avec Thomas Barret, auteur et fondateur de The Morning Compagny

Les matins difficiles, ça vous parle ? Telle est l’accroche de The Morning Compagny, une entreprise qui ambitionne de ré-enchanter le matin. Des objets élégants et fabriqués en matières nobles accompagnent votre réveil pour retrouver le plaisir des gestes quotidiens. Une façon de ne plus regarder sa brosse à dent ou son rasoir du même œil.

C’est pourtant par le biais de son livre que nous avons découvert le talent et la plume de Thomas Barret. Lassé de ses emplois successifs, ce trentenaire décide de lâcher une situation confortable pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Porter un projet qui fait sens et s’épanouir dans la création. Une belle aventure que l’on suit avec plaisir dans les billets de son blog, repris dans le livre “The Morning Challenge“. Une démarche créative et courageuse, appuyée par un sens de l’humour ravageur et l’amour du café.

Quels sont les outils incontournables dans votre quotidien ?

Mon mac, mes cafés du matin, Zapier (automatisation des tâches), WordPress, Sumome (plug-in de growth-hacking), Trello (pour gérer et partager les tâches et leurs avancées) et mon casque bluetooth Bose (pour m’isoler).

Comment avez-­vous aménagé votre bureau pour vous y sentir bien ?

Hahaha… mon bureau, c’est un coin de table dans un espace de coworking ou le bar du café du même espace. Et le pire, c’est que dans les 2 cas je m’y sens bien. Je ne dois pas être très sédentaire finalement…

Lire aussi :  Interview: bien vivre ensemble au travail

Avez-­vous un secret particulier pour être plus efficace au travail ?

A part le café, je dirais… la séparation des mondes. Quand je suis au travail, je ne pense pas à ma vie privée. Et j’essaye de faire en sorte que l’inverse soit vrai aussi. Et aussi, pas de réunions inutiles.

Comment votre travail nourrit vos convictions personnelles ?

En travaillant à mon compte, j’apprends chaque jour de nouvelles choses, et notamment sur moi-même. Et par ailleurs, je rencontre beaucoup plus de gens (l’avantage d’être plus libre), ce qui alimente forcément mes réflexions et mes convictions.

Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer dans votre carrière, et comment vous les avez dépassées ?

Oulaaa, ça c’est une vaste et vague question. Je pourrais vous parler du jour où j’ai réussi à réparer la machine à café du bureau, mais j’imagine que la bonne réponse serait plutôt « je me lassais vite de mes boulots, du coup j’ai monté ma boîte ».

Partagez le meilleur conseil qu’une personne vous ait donné ?

Avoir de la chance, ça se mérite ! (tout est dit)

Comment faites-­vous pour vous ressourcer et prendre du recul sur le travail ?

Le sport m’aide beaucoup à déconnecter : je suis notamment un grand adepte de la randonnée (y compris en banlieue parisienne, si si !). Prendre des cafés avec des personnes qui n’ont pas grand chose à voir avec mon travail est aussi une très bonne façon de remettre les choses en perspectives.

Lire aussi :  La pause café avec Melissa Unger, fondatrice et directrice artistique de Seymour Projects

Citez-nous un livre qui a été une révélation pour vous ?

Mon livre, The Morning Challenge, ça m’a révélé moi ! Bon d’accord c’était pas ça que j’étais censé dire. La semaine de 4 heure de Tim Ferriss, indiscutablement : ce livre a réussi à déverrouiller un certain nombre de conservatisme dans ma façon de penser le travail. Après sa lecture, je me suis senti plus serein et plus créatif dans ma façon de m’organiser.

Quelles sont les personnes qui vous inspirent ?

Les gens qui savent rester bienveillants, à l’écoute et sympathiques malgré le succès : il y en a, mais pas que !

Une dernière chose que vous aimeriez partager avec nos lecteurs ?

Ces derniers mois, j’ai fait une découverte empirique tout à fait incroyable : plus on mange d’aligot, plus on est heureux au travail. Depuis que je sais ça, j’ai pris 3kg mais bon… le bonheur au travail passe avant tout…

Copyright photo : The Morning Company

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.