Le poids terrible de la beauté en entreprise

Il y a des vérités qui se rappellent régulièrement à nous. Le jugement du monde qui nous entoure par sa beauté est sans doute la plus injuste. Celui qui nie n’a qu’à se remémorer l’achat de sa voiture ou de son smartphone. L’Homme pense que le beau est bon. La dictature est pourtant dénoncée et pointée du doigt, mais il faut croire que la croyance est intrinsèque à la nature humaine. Le travail ne fait pas exception, avec des conséquences importantes.

Des tonnes d’expériences

Les études se comptent par dizaines: 50% des recruteurs retiennent le critère de beauté, les gens séduisants sont mieux intégrés dans leur société et gagnent 10% de plus que les autres. Une belle femme sans expérience aura plus de chances de décrocher un job qu’une femme très compétente au physique quelconque. Une femme en surpoids a 3 fois moins de chances d’être recrutée…

En théorie c’est de la discrimination, en pratique c’est insidieux: les personnes qui mettent en place ces schémas de pensée ne s’en rendent sans doute pas compte. C’est tout l’inconscient collectif qui est biaisé, où les beaux sont censés être intelligents, ambitieux, sociables ou gentils. Les personnes moins bien dotées par la nature peuvent bien entendu réussir, mais au prix d’un effort supplémentaire.

Soigner sa présentation

La conclusion est triste: soigner sa présentation est un des meilleurs investissements qu’un salarié puisse faire. Faire attention à sa façon de parler ou de se tenir, porter de jolis vêtements dans le respect de la culture de l’entreprise, miser sur le design de ses PowerPoints, mettre des photos dans ses compte-rendus… On est tous d’accord pour mettre les compétences en avant, c’est pourtant sur l’esthétique que la plupart des commentaires porteront.

Lire aussi :  Le théâtre d’entreprise pour impliquer vos troupes

Photo par Jakob Montrasio

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.