Pourquoi nos paroles sont interprétées

Avez-vous déjà ressenti cette frustration qui entoure une parole mal interprétée par votre interlocuteur ? Une déformation de votre pensée ? De quoi enrager, suivi d’un sentiment de solitude. Non, décidément, personne ne vous comprend.

La plupart de ce que vous dites est interprété. C’est un mécanisme naturel, bien que très agaçant. Et pourtant, nous ne sommes pas non plus totalement étranger dans ce mécanisme. Vous allez toujours vous arracher les cheveux, mais vous allez comprendre pourquoi tout ce qu’on dit peut être soumis à interprétation.

Il y a fossé entre deux cerveaux

Ce que vous avez en tête n’est pas forcément ce que l’autre comprendra. Vous aurez beau tourner votre langue 7 fois dans votre bouche, il y a toujours de nombreuses chances pour que votre parole soit mal comprise. Même si votre interlocuteur a l’œil malicieux, rien ne dit que son incompréhension est volontaire. Ceux qui ont essayé de tourner leur langue 7 fois dans la bouche d’un autre arrivent à la même conclusion.

Partons du postulat que vous avez envie d’exprimer un truc. Votre cerveau va chercher les mots les plus appropriés selon votre culture et votre vocabulaire, prononcés avec un ton lié au contexte et vos émotions. A noter dès maintenant que les mots choisis ne représenteront pas votre pensée avec exactitude.

Lire aussi :  5 points à vérifier avant d'envoyer un mail assassin

Votre interlocuteur va entendre ces mots, avant de les prendre en compte, puis de les décoder. L’image et le son auront sans doute une influence sur sa future interprétation. Les mots exprimés n’auront pas la même consonance auprès de votre interlocuteur, du fait de sa propre culture ou de son expérience personnelle. Et ce n’est pas tout ! Après le filtre de la mémoire, il est probable que non seulement votre discours soit interprété, mais aussi partiellement oublié. Il parait que 20% de nos échanges sont retenus. Espérons que ce soit les bons.

Vous voyez le bordel : entre votre intention de départ et sa compréhension, votre interlocuteur a tout un champ d’interprétations possibles. Le modèle de l’entonnoir de la communication marche au boulot, mais aussi dans toutes vos relations interpersonnelles.

entonnoir-communication

S’en sortir avec différentes stratégies

Différentes stratégies viennent tempérer ces effets, sans faire de miracle non plus. Par exemple, si votre interlocuteur interprète ce que vous dites, mais se tait, vous ne devinerez jamais qu’il part avec une fausse idée en tête. Connaitre le modèle de l’entonnoir permet déjà d’en prendre conscience et d’être plus vigilant aux distorsions lors de vos futurs échanges.

Retranscrire les échanges dans un compte-rendu permet d’éviter les effets d’oubli ou de déformation des propos. Bien pratique suite aux réunions. Reformuler (ou faire reformuler) sa pensée permet de vérifier que son message est bien intégré. Une méthode d’écoute active pour s’assurer que chacun se comprend, sans hésiter à faire préciser certains points si besoin. Se concentrer sur le message et tenter de se mettre à la place de l’autre, l’empathie, permet souvent d’adopter son point de vue pour mieux le comprendre. Répéter régulièrement le message limite également son oubli, mais attention à la formulation choisie.

Lire aussi :  Petit traité de la sieste au travail

Prendre sur soi

Les échanges humains sont des richesses auxquelles les distorsions prennent naturellement part. Ce sont des risques auxquels il faut s’attendre. Il est donc nécessaire de prendre sur soi et repréciser sa pensée. Encore et encore. Une patience bienveillante envers les autres, puisqu’il faut reconnaître que personne n’est infaillible, chacun a déjà mal interprété les propos d’un autre. Ce processus n’est pas malveillant : un peu d’empathie et d’explication permettent le plus souvent d’éclaircir les malentendus.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.