Programmez vos mails pour impressionner vos collègues

La culture professionnelle en France, vous savez ce que c’est : s’investir dans son travail est une bonne chose, mais s’y éreinter est encore mieux vu. C’est pour cela que nos collègues bossent tard le soir et crient sur tous les toits qu’ils ont trop de travail. Une espèce de présentéisme pour donner l’illusion d’une importance indispensable à la boite. Un jeu de rôle qui nous fait bien marrer puisque, faut-il le rappeler, les gens vraiment surbookés n’ont pas le temps de se plaindre.

A l’opposé d’une culture collective qui nourrit ses propres névroses, déclarer qu’on s’en sort, qu’il y a du boulot mais qu’on s’organise en conséquence, parait presque suspect. L’apparence a tellement d’importance qu’on glisse progressivement vers le statut de salarié dont le boulot est tranquille. Comme on est toujours sidéré de voir à quel point l’heure d’envoi des mails est remarqué, il suffit de les programmer pour impressionner les autres.

Comment programmer ses mails

La manipulation est simple mais diablement efficace. Dans Outlook, tapez votre message puis allez dans l’onglet “Options” et “Différez la livraison”. Remplissez les champs “Ne pas expédier avant”, et le tour est joué.

Si vous utilisez Gmail, il existe une extension gratuite, Boomerang, qui vous permet d’arriver au même résultat (et même beaucoup plus).

Lire aussi :  Infographie: coût de l'amélioration des conditions de travail

Nous vous conseillons particulièrement de programmer vos mails en dehors des heures de travail traditionnelles. Par exemple, en semaine autour de 23h ou le week-end en matinée. Sélectionnez les bons destinataires, avec des responsables en copie, sinon ça ne sert pas à grand chose. Bien sûr, ne dites à personne que vous utilisez cette technique, et n’en abusez pas au risque de passer dans le camp peu envié des accros du travail.

Une culture qui n’a pas de sens

Le mieux reste encore de ne pas être sensible à ce type de culture. Être méritant aux yeux des autres ne devrait pas être aussi important. Ce n’est pas le regard sévère de vos collègues qui fera votre compétence. Nous croyons, peut-être à tord et naïvement, que la seule force de la rigueur et de la qualité du travail est importante : deux qualités qu’on prouve avec le temps.

Les bourreaux de travail ne sont ni à envier, ni à copier. Ce ne sont pas nos modèles. La qualité de notre temps, notamment son versant familial, reste notre priorité. Une opinion qui nous est personnelle, mais dans laquelle nous croyons sans rougir. Personne ne regrette de ne pas avoir assez travaillé sur son lit de mort.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.