Que faire quand on déteste son travail

Sortir de son lit est devenu une torture. Un épisode de Derrick apporte plus de surprises que vos tâches quotidiennes. Vous savez dire « procrastiner » sans bégayer. L’absence de motivation mène votre regard par la fenêtre. Rêver d’ailleurs est de plus en plus séduisant… Que faire ?

Adapter sa représentation du monde du travail

De nos jours, les concepts de bonheur ou d’épanouissement au travail tendent vers une idéalisation de l’entreprise. Le monde du travail est loin d’être un fleuve tranquille, les hauts et les bas font partie du jeu. Ajuster sa perception du monde du travail, aussi difficile soit-il, est nécessaire. De notre côté, on se dit que personne n’est payé pour rester dans sa zone de confort, les obstacles sont les expériences les plus enrichissantes.

Evaluer la situation

Il est important d’évaluer si la situation est temporaire ou si elle s’étend dans le temps. Prendre une décision impulsive sur une démotivation passagère serait une sacrée maladresse. Lister les avantages et les inconvénients de votre métier permet de prendre du recul. Le principe de Pareto est peut être en train faire des dégâts : 20 % de facteurs d’insatisfactions qui prennent l’ascendant sur 80% de positif.

Trouver des solutions

Tout le monde connait l’adage « l’herbe est plus verte ailleurs ». Grosse connerie : c’est à vous de rendre l’herbe la plus verte possible chez vous. Trouver des solutions à chaque problème identifié est une priorité.  Vous n’avez rien à perdre à demander une augmentation ou devenir le chef de ce projet qui vous passionne tant.

Lire aussi :  N'employez pas le mot "harcèlement" à la légère

Une évolution en interne est souvent une piste privilégiée, par exemple par le biais d’une formation ou d’une mutation dans un autre service. Idéal si vous souhaitez fuir des collègues ou si vous vous ennuyez dans vos tâches quotidiennes.

Si vos difficultés touchent aux conditions de travail, ayez le réflexe des représentants du personnel ou du médecin du travail. Les solutions sont nombreuses : des aides à la manutention jusqu’à la médiation lors de conflits…

Lorsqu’il y a rupture

Toute décision de quitter l’entreprise est un risque. On sait ce qu’on quitte mais pas ce qu’on retrouve. Vous avez tout votre temps, ne quittez pas votre job à la hâte avant d’en trouver un autre. Une veille des annonces d’emplois permettra de chercher l’opportunité qui vous semble la plus satisfaisante.

Un bilan de compétence peut être le début d’une réorientation professionnelle, d’autant plus que c’est une démarche possible en dehors de son activité actuelle. Poser un bilan sur sa vie professionnelle, ses compétences et ses envies demande une profonde remise en question.

Dans tous les cas

La meilleure solution n’existe pas. Attendre sagement un événement libérateur et prendre son destin en main sont deux paris imprévisibles. Vous n’avez la maitrise que d’un seul. Bonne chance.

Lire aussi :  Pour en finir avec les stéréotypes du stress au travail

Photo par Steve Koukoulas

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.