Test de la souris Handshoe Mouse

Difficile de se repérer sur le marché des souris verticales, tant les modèles se multiplient ces dernières années. La course à l’innovation amène certains constructeurs à inventer des designs atypiques. D’autres se basent sur des recherches et nous sortent une grosse souris en forme de raie (le poisson hein, pas les fesses…). Car la Handshoe Mouse fait fureur auprès des personnes qui l’essaient. Encore peu connue en France, il est tant de lui donner la visibilité qu’elle mérite.

Le concept derrière la Handshoe Mouse

Sur une souris plate traditionnelle, l’avant-bras est en torsion vers le bas. Cette position peut générer diverses tensions, dont la compression du nerf médian. Des crispations et des fourmillements sont susceptibles d’apparaître. Au pire des cas, les sensations d’inconfort peuvent évoluer vers le syndrome du canal carpien. L’objectif est alors de positionner la main dans une position neutre. C’est là que les souris verticales apparaissent.

Développée avec la faculté de médecine hollandaise puis testée pendant 2 ans, la Handshoe Mouse se différencie par une inclinaison intermédiaire, un compromis entre la souris plate et la souris verticale. Une sorte de souris oblique si vous voulez, sauf qu’on l’appellera quand même “souris verticale”. L’INRS a récemment fait des études qui confirment que cette inclinaison intermédiaire est un bon compromis entre la facilité d’utilisation et la diminution des sollicitations de l’organisme.

L’utilisateur a plusieurs avantages :

  • l’inclinaison oblique permet d’adopter une position plus naturelle de l’avant-bras, sans torsion vers le bas,
  • le canal carpien se libère et réduit la pression sur le nerf médian,
  • l’effet de gravité est maîtrisé (le phénomène de la main qui glisse sur de nombreuses souris verticales),
  • la paume de la main est posée sur la souris, adaptée à sa taille, sans crispation pour la maintenir avec les doigts,
  • la gouttière accompagne les mouvements, la tranche de la main n’est pas en contact avec le bureau et la peau ne frotte plus le plan de travail.
Lire aussi :  Clavier BakkerElkhuizen S-board 840 : test et avis

Concrètement ça donne quoi ?

L’ouverture de la boite étonne, c’est sans doute une des souris les plus grosses jamais vues. La texture du plastique n’est pas du meilleur effet non plus. Puis la main se pose délicatement sur cette étrange souris. L’expression “aller comme un gant” trouve toute sa signification. La main repose de façon détendue, les boutons tombent pile au niveau des doigts. Le confort prend sa dimension tant la position parait naturelle.

Illustration-handshoe-mouse-2

L’ordinateur reconnait automatiquement la souris. La première étape sera sans doute de régler la vitesse du curseur, un peu rapide d’origine. Le reste est assez traditionnel, la souris est précise dans la version filaire testée et remplit son boulot sans problème.

Illustration-handshoe-mouse-1

Si vous n’avez pas de douleurs particulière, la souris vous apportera un confort non négligeable au quotidien, surtout lors d’une utilisation intensive de l’ordinateur. Quant aux salariés rencontrés qui ressentaient des douleurs, des fourmis, des contractions ou des faiblesses dans la main, ils sont (très) nombreux à ressentir une évolution bénéfique.

Illustration-handshoe-mouse-3

Conclusion

L’efficacité de cette souris apporte une réelle contribution au quotidien. Nous faisons le pari qu’elle deviendra une référence reconnue dans le monde des souris verticales. S’il y a de fortes chances pour que vous soyez séduit par la Handshoe Mouse, n’oubliez pas de vérifier l’aménagement général de votre poste et les contraintes liées à votre activité. Une seule souris, aussi bonne soit-elle, n’est pas toujours suffisante pour faire des miracles.

Lire aussi :  Test du clavier compact Rapoo E9070

La souris existe sous différentes tailles et options (sans fil, gauchers…). Nous pouvons en revanche reprocher son prix onéreux, compris entre 110€ et 150€ en moyenne. Disponible sur certains sites marchands spécialisés, le site internet du constructeur et de son fournisseur européen Zenlap restent logiquement des points d’entrée.

Si nous conseillons toujours de tester le matériel avant de l’acheter, la vente à distance complique un peu cette approche. Vérifiez les conditions de retour au cas où la souris ne vous apporte pas la satisfaction attendue, 100% de réussite reste utopique. Mais on ne doit pas en être loin.

Cet article n’est pas sponsorisé. Mais bon, si le fabricant nous lit et qu’il a envie de faire un gros chèque à un petit site méconnu… Nous n’accepterons également aucune vanne concernant les caillebotis en bois de notre terrasse et l’idée saugrenue d’y prendre une souris en photo.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.