Le théâtre d’entreprise pour impliquer vos troupes

Les méthodes de cohésion d’équipes (ou team building) se multiplient, toutes les entreprises sont à la recherche du Graal qui va renouer avec des salariés volontaires et coopératifs, partageant la culture éthique de leur employeur (on en a presque la larme à l’œil). Arrêtons-nous un moment sur le théâtre d’entreprise, dont la forme ludique permet de traiter une palette extrêmement large de sujets.

L’humour contre les sujets tabous

Stress, relations interpersonnelles ou addictions sont des sujets difficiles à aborder en interne. L’impact émotionnel est souvent important et de nombreuses entreprises ne savent pas comment les évoquer. La méconnaissance du sujet peut aller de paire avec la peur d’une maladresse. La honte, le rejet, la remise en cause d’une posture… Ajoutons le poids du quotidien et la tête dans le guidon : certains sujets nécessaires restent tus.

Le théâtre d’entreprise est sans doute un des meilleurs moyens pour évoquer des sujets difficiles. Très drôles, ces spectacles permettent de décomplexer les participants. Sur des sujets thématiques, des comédiens défilent pour jouer des scénettes du quotidien. Chacun reconnait des situations vécues et on rit de bon cœur, des autres mais aussi de soi. Une partie de l’abcès est crevé, les mots sont libérés. Une étape est franchie.

Lire aussi :  Génération Y, un concept erroné

Une sensibilisation qui doit être suivie de démarches complémentaires

Cette démarche ludique est surtout une première approche de sensibilisation qui permet de décomplexer certains sujets. D’autres actions de prévention doivent la compléter, en coopération avec le CHSCT ou le médecin du travail. Par exemple, une pièce de théâtre pourra sensibiliser et intégrer la notion de stress dans l’entreprise, mais l’employeur devra aussi s’attaquer aux facteurs de risques liés au travail pour aller jusqu’au bout de la démarche.

Photo par David Joyce

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.