Travailler avec un collègue insupportable

On avoue que le titre est un peu racoleur. En vrai, il faudrait plutôt dire « personne difficile ». Spontanément, la réponse serait d’envoyer cette personne se faire foutre, mais nous ne le recommandons pas : mesurez bien votre attitude si vous ne voulez pas que ça se retourne contre vous. Gérer une personne difficile revient d’abord à se maîtriser soi-même, et croyez-nous, les efforts sont énormes.

Eviter toute réaction impulsive

Etre face à une personne difficile nous retranche dans les limites de notre personnalité : l’envie d’avoir raison, nourrir son égo, avoir le dernier mot… Réagir impulsivement et à la hâte vous fera perdre votre raisonnement, aveuglé par l’énervement. Ne risquez pas de vous décrédibiliser : respirez un grand coup, restez calme et maître de vous. Facile à dire.

Dans tous les cas, ne répondez jamais par l’insulte ou par la violence. On sait que c’est tentant, on est tous humains. Rappelons toutefois que l’agressivité n’est jamais la réponse à la stupidité, et qu’on ne change pas un homme en blessant son orgueil. Et surtout, vous pourriez vous faire virer.

Prendre sur soi et avoir de l’empathie

Non seulement c’est le collègue qui est insupportable, mais en plus c’est moi qui doit m’adapter, c’est injuste ! Bah oui, ça l’est. On vous rappelle au passage que vous êtes le plus sage dans l’affaire.

Lire aussi :  Deux méthodes efficaces pour se détendre au bureau

Il faut savoir que les situations de conflit fonctionnent le plus souvent par un jeu d’escalades et de miroirs : si votre collègue est braqué, peut être que vous l’êtes aussi. Une fois que vous êtes sorti de l’émotion liée à la situation, vous allez pouvoir essayer de comprendre pourquoi votre collègue a cette attitude.

Désamorcez tout conflit en abaissant la voix, et si besoin, reportez les explications à un moment plus propice à tête reposée, hors public. Essayez de décoller les étiquettes que vous avez mises sur cette personne et tentez de comprendre pourquoi elle agit de cette façon : raisons personnelles, mal-être, égocentrisme, manque de confiance, concurrence, besoin de reconnaissance… Soyez à l’écoute et empathique : se mettre à la place de l’autre pour  comprendre son raisonnement est fondamental. Reformulez son point de vue et exprimez ce que vous ressentez pour trouver un compromis, dont le premier pas devrait venir de vous.

Poser ses limites et passer la main

Ne vous laissez pas non plus marcher sur les pieds : poser des limites et négocier des compromis vous permettront de faire respecter votre légitimité. Si la plupart des difficultés interpersonnelles viennent d’un conflit de pouvoir ou d’intérêt, certaines personnes peuvent être toxiques ou manipulatrices. Heureusement, ce genre de cas pathologique reste quand même assez isolé. Si vous êtes face à un mur, n’hésitez pas à solliciter votre direction, les représentants du personnel ou encore le médecin du travail, qui sauront trouver d’autres solutions (médiation, mobilité interne, sanction…).

Lire aussi :  Comment réagir face à des collègues impolis

Photo de Anant Nath Sharma

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.