Une bonne question à se poser pour être bien dans son travail

Nous sommes ravis de donner la parole à Vincent Alaux, auteur du site Destination-leadership.fr, qui a touché notre corde sensible en parlant du sens au travail. Découvrez comment deux concepts clés vous aideront à soulever de bonnes questions pour mieux vivre votre travail.

Il existe une question qui a le pouvoir de faire déplacer des montagnes. Vous l’avez probablement utilisée des millions de fois dans votre vie, et pourtant vous ne vous l’êtes peut-être pas posée assez souvent

Cette question, c’est “Pourquoi ?”

Dans cet article, je vais vous expliquer en quoi la question « Pourquoi je fais ce travail ? » est primordiale pour vous sentir bien dans votre travail. Je vais aussi vous aider à y répondre en vous présentant une théorie originale et pertinente : la théorie des ancres.

Mais pour comprendre la théorie des ancres, il est préférable que vous connaissiez une autre théorie : la pyramide des besoins humains de Maslow. Cette pyramide est un excellent outil pour savoir ce qui motive l’être humain et ce qu’il cherche dans la vie. Elle va vous permettre de mieux vous connaître et de mieux comprendre ce que cherchent ceux qui font des choix différents des vôtres.

Rentrons immédiatement dans le vif du sujet avec la pyramide des besoins humains de Maslow.

Maslow et l’imparfaite première pyramide des besoins humains

Qu’est-ce qui motive un homme ? Qu’est ce qui le pousse à se lever le matin alors qu’il pourrait rester confortablement installé dans son lit douillet ? C’est la question à laquelle Abraham Maslow, chercheur américain en psychologie, consacra sa vie.

En 1943, il publie une théorie résumant le fruit de ses recherches : “la théorie de la motivation“. Il y avance que l’Homme possède cinq besoins qu’il cherche à combler, l’un après l’autre, afin d’être heureux.

La pyramide Maslow en 5 étapes

Tout d’abord, il cherche à se maintenir en vie, en trouvant de l’eau, de la nourriture et un abri chaud et confortable. Autrement dit, il assure sa survie à court terme. L’Homme remplit ainsi ses besoins physiologiques.

Puis, il essaie d’assurer son existence à long terme : éviter les menaces physiques, posséder des ressources financières et une bonne santé. Ce sont les besoins de sécurité.

Ceci fait, il va vouloir essayer de trouver un groupe auquel se rattacher et développer des relations amicales, amoureuses et familiales. L’homme est une créature sociale qui a besoin de faire partie d’une communauté pour s’épanouir. Il comble ainsi son besoin d’appartenance.

Après, il essaie d’améliorer l’image qu’il a de lui-même et que les autres ont de lui. Car il veut être une personne importante et respectée, mais il a aussi besoin de s’aimer. Il remplit alors son besoin d’estime.

Enfin, il cherche à s’accomplir. C’est à dire à atteindre son potentiel et se sentir utile, trouver sa voie et s’y consacrer. Ce dernier besoin est le besoin d’accomplissement.

Lire aussi :  Deux méthodes efficaces pour se détendre au bureau

Mais la théorie de la motivation rencontra beaucoup de critiques à sa publication, et pour de bonnes raisons. Ce qui amena Maslow à revoir sa pyramide.

Une version finale plus flexible et complète

La première critique faite à la version originale de la pyramide portait sur le fait que la hiérarchie des besoins était trop rigide. Combien de personnes quittent aujourd’hui leur emploi bien payé pour ouvrir un bar ou aller élever des brebis dans le Larzac ? Énormément ! Tous ces gens acceptent de se mettre en danger pour trouver du sens. Autrement dit, ils font passer leur besoin d’accomplissement avant leur besoin de sécurité.

A chacun sa voie !

Dans un autre registre, on peut évoquer Grigory Perelman, brillant mathématicien Russe qui a refusé la prestigieuse médaille Fields et le million de dollars l’accompagnant. Il a déclaré : “Je ne suis pas intéressé par l’argent, ni par la gloire”.

Cette histoire nous montre bien que nous n’accordons pas la même importance à chaque besoin. D’ailleurs, Maslow admit que la hiérarchie des besoins était plus flexible qu’il ne le pensait au début.

On reprocha également à Maslow d’avoir ignoré certains besoins. Maslow entendit cette remarque et compléta sa pyramide de trois besoins :

  • Le besoin cognitif : Comprendre le monde qui nous entoure, augmenter notre intelligence et notre savoir.
  • Le besoin esthétique : Chercher à s’entourer de beauté.
  • Le besoin de transcendance : Se consacrer à une cause plus grande que nous (professionnelle, spirituelle, sociale…).

Ainsi, la pyramide des besoins finale prend cette forme :

La pyramide Maslow en 8 étapes

Quel rapport avec le bien-être au travail ?

Tout ! Car comment voulez-vous vous sentir bien dans votre travail si celui-ci ne remplit pas vos besoins ? Beaucoup trop de personnes ne s’épanouissent pas au travail simplement parce qu’elles ne se sont pas posées la question : “Pourquoi je fais ce travail en particulier ?”.

Consacrons-nous maintenant à trouver une réponse à cette question en nous aidant de la théorie des ancres.

Trouver son “pourquoi” avec la théorie des ancres

Pour être bien dans votre travail, celui-ci doit vous apporter de la satisfaction. Pour vous apporter de la satisfaction, il doit remplir vos attentes. Mais “Qu’est-ce que j’attends de mon travail ?” est une question que l’on se pose rarement. Surtout que nos attentes peuvent évoluer en cours de carrière.

Beaucoup d’entre nous font un travail “par défaut”. Ils ont suivi le chemin que quelqu’un d’autre avait tracé pour eux ou saisi une opportunité qui se présentait sans prendre le temps de réfléchir. Imaginez que nous nous rencontrions, et que je vous demandais “Pourquoi faîtes vous ce travail en particulier ?”. Votre réponse serait-elle convaincante ?

Parfois, on a la chance de travailler pour un super leader, qui nous apporte la réponse à cette question. Il donne du sens aux tâches réalisées (besoin de transcendance), développe et valorise ses collaborateurs (besoin d’accomplissement et d’estime), leur propose des défis (besoin cognitif) et développe un sentiment de communauté dans son équipe (besoin d’appartenance). C’est d’ailleurs ce qui fait la différence entre un leader et un manager.

Lire aussi :  Que faire quand on déteste son travail

Malheureusement ces personnes sont aussi fréquentes que les oasis dans le désert. Mais à défaut de tomber sur une telle personne, vous pouvez devenir votre propre leader et vous mettre au service de votre propre projet. Nous l’avons vu plus haut, nous avons des besoins différents. Pour vous, la question va être de savoir ce que vous attendez de votre travail.

Pour y répondre, vous pouvez vous aider de la théorie des ancres, mise au point par le psychologue du travail Edgar Schein. Selon lui, une personne peut chercher à accomplir huit ancres (objectifs) différentes via son travail :

  • L’ancre technique : Devenir un expert dans son domaine, acquérir des nouvelles compétences, se perfectionner (Besoin cognitif / estime / d’accomplissement).
  • L’ancre managériale : Occuper un poste à haute responsabilité, et vous cherchez à gravir rapidement les échelons (Besoin d’estime / d’accomplissement).
  • L’ancre d’autonomie : Vous cherchez la liberté et l’autonomie (Besoin d’accomplissement).
  • L’ancre de stabilité : Vous désirez la sécurité de l’emploi et la stabilité géographique (Besoin de sécurité).
  • L’ancre de créativité : Vous cherchez un travail qui remplisse votre besoin de créer et d’innover (Besoin esthétique / d’accomplissement).
  • L’ancre de dévouement : Vous voulez vous mettre au service d’une grande cause ou en rapport avec vos centres d’intérêt (Besoin de transcendance).
  • L’ancre de défi : Vous voulez vous dépasser, affronter et triompher des obstacles (Besoin d’accomplissement).
  • L’ancre de qualité de vie : Vous désirez un travail qui vous permettre de vivre une vie agréable, notamment avec un bon équilibre entre la vie personnelle et la vie professionnelle (Besoin d’accomplissement).
  • L’ancre internationale : Vous voulez un travail qui vous permettre de découvrir d’autres pays et d’autres cultures (Besoin cognitif).

Vous le voyez, beaucoup considèrent que le travail doit être une source d’accomplissement. Et vous pouvez vous accomplir de bien des façons différentes, à vous de trouver la vôtre !

A noter que certaines personnes se réalisent aussi hors du travail (via leurs familles, leurs voyages, leurs loisirs, leur communauté), et que celui-ci occupe seulement une fonction “support” (voir les ancres de stabilité et internationale)

Quoiqu’il en soit, si vous traînez des pieds pour aller travailler, c’est que vous n’avez peut-être pas aligné votre travail avec vos ancres de carrière. Et ceci peut expliquer que vous soyez mal dans votre travail.

Pas la peine de vous accabler : savoir ce qu’on veut c’est déjà ouvrir une porte vers un futur meilleur. Trouvez un travail correspondant à votre pourquoi et vous pourrez vous sentir mieux au travail.

Si cet article vous a plu et que vous voulez apprendre à communiquer avec efficacité, mobiliser autour de vos projets ou développer un mental d’acier, n’hésitez pas à me rendre visite sur mon site consacré au leadership. Vous pouvez commencer par ce quiz pour identifier votre style de leadership.

Ecrit par un ergonome incognito

Un ergonome voulait apporter un peu de réconfort dans ce monde de brutes. Il a donc choisi de partager des idées pour mieux vivre son travail. Quel naïf.